14 décembre 2012

14/12/12

Bientôt la fin du monde. Ouf.

Non, sérieusement, ce n'est pas pour ça que j'ai pris la peine de refaire la façade de mon blog. Dommage que j'ai pris tant de temps parce que j'en suis déçue... M'enfin bon. Non, en fait...en fait... Je n'en sais RIEN. Rien du tout. Je ne sais plus rien de rien. Je suis partie faire un tour sur le blog de quelqu'un d'autre, quelqu'un que je "connais" (les guillemets ne sont pas pour les raisons que vous croyez, croyez moi.), et puis me voilà entrain de partir loin, loin, beaucoup trop loin dans mes pensées (quand on dit que l'homme est un être pensant, ce n'est vraiment pas de la rigolade). Je suis persuadée qu'elle ne sait pas que je fais des tours réguliers sur son blog, que je regarde ses photos en me disant que bordel de merde, elle est sacrément narcissique, cette fille, mais qu'est-ce qu'elle est belle ! Que je la regarde, elle et sa petite vie qu'elle affiche ouvertement sur la toile, et que je me dis que ce n'est que quelqu'un d'autre sur la Terre, mais elle représente tout un tas de choses à mes yeux. C'est fou, quand même. Elle me connait à peine, je ne peux pas dire que je la connais, vraiment, non plus, et pourtant...

Je me surprends à croire que j'aimerais la rencontrer un jour. La voir pour de vrai. Mais qu'est-ce que cela provoquerait en moi ? J'en ai une vague idée mais tant que je ne l'aurais pas vue et parlée je ne pense pas pouvoir exprimer le point auquel sont contact m'affecterait. Son nom seul suffit à me paralyser de peur, mais je ne saurais pas dire pourquoi. Non, c'est faux. Je sais bien pourquoi cette fille me fait si peur mais je n'arrive toujours pas à le dire sans peine, sans que mon coeur ne s'emballe et ce n'est certainement pas ici que je vais commencer à dévoiler ma petite vie plus que je n'ai déjà fait. Mon blog s'est suffisement transformé en journal de petite fille amoureuse sans que l'on ait besoin d'en rajouter...

C'est quand même ridicule que quelqu'un puisse me faire aussi peur. Mais c'est le pouvoir qu'elle avait sur quelqu'un à qui je tiens plus que je ne saurais dire qui m'effraie vraiment. On me racconte qu'elle n'a plus ce pouvoir, que c'est fini mais les souvenirs que j'ai du pouvoir de cette fille sont encore bien trop vivants dans ma tête. Je ne veux pas la voir pour me venger, ni parce que je veux la faire souffrir ou quoi que ce soit, non. Je voudrais juste la voir. C'est tout. Et j'espère, au passage, qu'en la voyant, ça défera le mythe que je me suis créée d'elle et que ma vie pourrait reprendre son cours, quel qu'il soit.

Non mais écoutez moi un peu... C'est n'importe quoi, ce que j'écris. J'ai réussi à vous parler d'une fille, une pauvre fille que je connais à peine et que je voudrais rencontrer pour casser le mythe que j'ai construit autour d'elle parce qu'en ce moment elle me fait peur ! Enfin, maintenant, elle ne me fait plus trop peur, et ce depuis un moment, mais quand même, faut le faire, non ? Si ça, c'est pas une rêverie de petite fille... Parfois, j'ai vraiment envie de me frapper la tête contre un mur, ne soit-ce que parce que je n'arrive plus à écrire un texte de taille et de qualité conséquente, mais en plus parce que ce que j'écris, en ce moment, c'est vraiment bidon. 

Au fond, je ne suis rien d'autre qu'une petite fille perdue.

Ceci dit, cette fille dont je vous parle depuis tout à l'heure (parce que j'ai mis autant de temps que ça à écrire ce pauvre petit texte de rien du tout), elle a un vrai don pour l'écriture. Certes, ce qu'elle racconte n'est pas toujours très profond, surtout parce qu'elle passe son temps à parler de son copain, de l'amour en affirmant que c'est son sujet préféré et autres banalités, mais derrière tout cela, il faut bien que je reconnaisse qu'elle a un sacré talent avec l'écriture. Etant quelqu'un qui apprécie l'écriture aussi, le fait de voir quelqu'un manier et construire une phrase d'une telle manière me rend un peu jalouse, mais, heureusement pour moi, pas suffisement pour que cela ne se mette à me ronger de partout. En revanche, il y a bien d'autres choses qui le font et puis c'était débile de dire ça sur un blog parce que je ne veux pas approfondir cette pensée donc je vais juste vous laissez en suspens (non pas que je pense que vous êtes nombreux à me lire) telle une vraie sadique.

Vous connaissez ce sentiment, vous ? Vous avez déjà vécu cela ? Le fait de sentir qu'au fond, on n'appartient nulle part. Ni dans un endroit, ni dans un autre. Que cela vous a-t-il fait, à vous, de sentir ça ? Pour ma part, j'ai vraiment l'impression d'avoir deux pieds dans deux endroits différents. Comme si on me demandait d'être deux personnes en même temps. Bien évidemment, cela ne peut se faire, donc j'embrasse avec enthousiasme un côté de ma personne et puis peu de temps après, la voix dans ma tête revient avec ses critiques et ses soit-disant conseils et je finis par rebrousser chemin parce l'autre partie de moi me réclame. Je réalise que je l'ai négligée pendant trop longtemps et j'en souffre. Je me focalise donc sur la deuxième partie de moi et la même chose de produit: je plonge la tête la première dedans et tout se déroule à merveille jusqu'à un certain point. Sans doute le point où je me rapproche le plus du bonheur que mon subconscient s'en apperçoit et me dit de faire demi-tour parce que, après tout, le bonheur, ça fait peur. C'est ce que l'on cherche pendant toute une vie, mais lorsque l'on est sur le point de l'atteindre, on se dit que merde, on est bien comme ça, que le bonheur, on s'en fout, tout c'qu'on veut, nous, c'est la facilité, la simplicité, mais le bonheur, on s'en balance. J'ai comme l'impression d'être obligée de satisfaire les deux côtés de qui je suis simultanément et je ne peux pas faire ça. Et puis peu importe ce que l'on dit, c'est vrai. En Angleterre, on ne comprenait pas mon côté "français", mais ici, on ne comprend pas mon côté "anglais" non plus. Alors qu'est-ce qui reste ? Y aura-t-il un jour où je pourrais partager tout ce que je suis avec la personne que je veux ?

Au fur et à mesure que passent les jours, je me vois m'enfoncer de plus en plus loin, de plus en plus vite. Cela ne peut pas continuer.

Et voilà, et un article de journal d'une gamine, un !

Sinon, beh, bonne journée pour ceux d'entre vous qui peuvent en faire quelque chose. Je vous envie.

*Triste*

IMG_3055b

Et pour pousser la gaminerie jusqu'au bout, oui, c'est bien une photo bidouillée de moi-même. Bonjour tout le monde.

 

Posté par Flosphore à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur 14/12/12

Nouveau commentaire